Coronavirus: l'impact des mesures de confinement expliqué en 5 graphiques

·2 min de lecture
Coronavirus: l'impact des mesures de confinement expliqué en 5 graphiques

SCIENCE - Retarder, ralentir, écrêter la courbe épidémique provoquée par le nouveau coronavirus Sars-Cov2. C’est le but des multiples mesures de confinement annoncées depuis quelques jours en France par le gouvernement. C’est ce qu’a précisé Jérôme Salomon, directeur général de la Santé, samedi 14 mars, juste après l’annonce de la fermeture des commerces non essentiels.

En attendant, malgré la fermeture des écoles, des restaurants et magasins, l’épidémie de Covid-19 continue d’exploser en France. Sur France Inter, lundi 16 mars, Jérôme Salomon a rappelé que si les Français ne respectent pas les consignes, la courbe ne risquait pas de s’aplatir.

Mais au bout de combien de temps ces mesures sont censées produire leurs effets? Le coronavirus Sars-Cov2 étant nouveau, on pourrait se demander s’il fonctionne comme de précédents virus. Et s’il faut du recul pour avoir des certitudes scientifiques, nous n’avons pas le temps.

Il existe pour autant des indices si l’on regarde ce qu’il s’est passé en Chine, en Corée du Sud et en Italie. Ces éléments peuvent nous donner une idée de l’impact des mesures de distanciation sociale et de confinement sur la courbe épidémique.

Chine et Corée en miroir

Deux pays semblent avoir réussi à contrôler (pour l’instant) l’épidémie de Covid-19. Depuis plusieurs jours, la Corée du Sud enregistre environ 100 nouveaux cas par jour seulement. Pour la Chine, c’est même en dessous de 50.

Les deux pays ont utilisé des stratégies bien différentes pour lutter contre le coronavirus Sars-Cov2 (plus d’informations sur la Chine ici et sur la Corée du Sud là), mais elles ont eu le même effet: beaucoup de dépistages, un suivi des infectés important et un confinement de la population (volontaire en Corée du Sud). Dans les deux cas, quand ces mesures ont été prises, le nombre quotidien de nouveaux contaminés a fini par baisser quelques jours plus tard (entre 8 et 11 environ).

Ce graphique montre l’évolution du nombre de cas confirmés en Chine (avec, en barre...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post