Coronavirus et hypertension artérielle : un risque de décès multiplié par deux

Coronavirus et hypertension artérielle : un risque de décès multiplié par deux

Les patients qui ne suivent pas scrupuleusement leur traitement contre l’hypertension artérielle ont encore davantage de risque de mourir de la Covid-19, selon une étude.

Ce vendredi 5 juin, une étude publiée dans la revue médicale European Heart Journal alerte sur les dangers encourus par les patients atteints d’hypertension et souffrant de la Covid-19. Ces malades auraient deux fois plus de risques de mourir que ceux qui ne présentent pas d’hypertension artérielle. “Il est important pour les patients souffrant d'hypertension de réaliser qu'ils ont un risque accru de décès dû à la Covid-19”, assure l'un des auteurs principaux de l'étude, le Pr Fei Li, cardiologue à l'hôpital Xijing de Xian (Chine).

Un risque encore plus élevé pour les patients qui ne suivent pas scrupuleusement leur traitement par rapport à ceux qui prennent régulièrement leurs médicaments. Afin de parvenir à ces conclusions, les chercheurs chinois et irlandais ont analysé les données de patients atteints par la Covid-19 et hospitalisés à l’hôpital de Huoshenshan de Wuhan entre le 5 février et le 15 mars. Dans le détail, 30% (soit 850) des patients admis souffraient d’hypertension. Parmi eux, 4 % des patients sont décédés contre 1,1 % parmi ceux qui ne souffraient pas d'hypertension.

D’autres études nécessaires

Les résultats de cette analyse ont ensuite été compilés avec d’autres. Il en est ressorti que les malades qui prenaient une certaine catégorie de médicaments, les inhibiteurs du système rénine-angiotensine (SRAA) avaient un risque plus faible de décès par rapport aux autres. Des résultats à prendre toutefois avec prudence, nuance un auteur de cette recherche : “Nous suggérons aux patients de ne pas arrêter ou modifier leur traitement habituel contre l'hypertension à moins que cela ne leur soit demandé par leur médecin”. En effet, ces premiers résultats ne sont pas issus d’essais cliniques mais seulement d’étude observationnelle. Afin de rédiger des recommandations officielles, d’autres études doivent être menées.