Covid-19 : une étude pointe le surcoût des patients traités à l'hydroxychloroquine

·2 min de lecture
L'hydroxychloroquine, inefficace et coûteux pour le système hospiitalier.

En moyenne, les patients qui ont bénéficié de traitements expérimentaux ont été hospitalisés près de 4 jours supplémentaires, soit un coût de près de 2,5 millions de dollars.

Les traitements expérimentaux contre le Covid-19 ont coûté cher. Durant la première vague de l’épidémie de Covid-19, plusieurs traitements expérimentaux, dont l’hydroxychloroquine, ont été administrés aux patients souffrant du coronavirus, sans que leur efficacité ne soit alors prouvée.

Ces traitements, à base d’hydroxychloroquine, et de lopinavir /ritonavir, ont depuis montré leur inefficacité à soigner les patients atteints du coronavirus, selon plusieurs études. Mais au-delà de leur inefficacité, ils ont des conséquences financières non négligeables.

Près de 4 jours d’hospitalisation supplémentaires

Une étude, basée sur les patients admis dans les hôpitaux universitaires de Genève, en Suisse, compare la durée d’hospitalisation des patients soignés avec l’un de ces deux traitements, avec ceux également atteints du Covid-19 mais n’ayant pas reçu de traitement expérimental, durant la première vague.

Ainsi, les patients traités par hydroxychloroquine ont eu 3,75 jours d’hospitalisation supplémentaires en moyenne, ceux traités à base de lopinavir / ritonavir ont eux été hospitalisés 1,23 jour et ceux ayant reçus une association des deux traitements ont eu 4,19 jours d’hospitalisation supplémentaires.

Un surcoût de deux millions d’euros

Un séjour à l’hôpital plus long qui a un impact sur les finances. L’étude pointe du doigt que ces jours d'hospitalisation supplémentaires pour les patients traités à l’hydroxychloroquine ou à une association avec le lopnavir / ritonavir a engendré, dans les hôpitaux universitaires de Genève, 1010 jours d’hospitalisations supplémentaires, sur la période du 26 février au 31 mai. Soit un coût supplémentaire de 2 492 214 dollars, soit environ deux millions d’euros, rien que pour les hôpitaux universitaires de Genève.

L’étude note en revanche qu’aucun des deux traitements expérimentaux n’est associé à une évolution significative de la mortalité des patients, comparé à ceux recevant un traitement de base contre le Covid-19.

Des traitements qui auraient pu aggraver la saturation des hôpitaux

L’étude conclut, en affirmant que si les autorités avaient prescrit l’hydroxychloroquine comme traitement pour lutter contre le Covid-19 cela aurait contribué à aggraver la pression sur les hôpitaux.

Le recours à l’hydroxychloroquine, largement poussé par le professeur Didier Raoult, a été recommandé dans plusieurs pays dont les États-Unis et le Brésil, où le médicament a reçu le soutien de Donald Trump et Jair Bolsonaro. Le dirigeant brésilien expliquait, en juillet dernier, “prendre un comprimé d’hydroxychloroquine par jour”, alors qu’il était infecté par le Covid-19.

Le surcoût lié à l’allongement des hospitalisations des patients traités à l’hydroxychloroquine pourrait donc atteindre au niveau mondial des milliards d’euros, auxquels il faut ajouter le coût du remboursement du traitement en France par la Sécurité sociale.

Ce contenu peut également vous intéresser :