Coronavirus: des Hong-Kongais espèrent la fermeture des frontières

À Hong Kong, le gouvernement a annoncé samedi 25 janvier, en fin de journée, le plus haut niveau d’alerte. Carrie Lam, la chef de l’exécutif, a dit qu’elle dirigerait personnellement un comité interministériel pour gérer la menace que présente l’arrivée du virus en plein week-end du Nouvel An chinois. Dans les rues, l’heure est à l’inquiétude.

De notre correspondante à Hong KongFlorence de Changy

Les jardins d’enfant, écoles, lycées et certaines universités ont déjà annoncé qu’elles resteraient fermées après les vacances du Nouvel An Chinois, jusqu’au 17 février. Le parc d'attractions Disneyland est fermé jusqu'à nouvel ordre. La plupart des festivités prévues sont annulées. Et les voyageurs arrivant de Chine à la gare du train rapide doivent désormais remplir un formulaire.

►À lire aussi : Coronavirus: la situation est «grave» avertit le président chinois

En une journée à peine,les Hongkongais ont repris leurs vieilles habitudes d’hygiène en période d’épidémie, comme lors de la grippe aviaire de 1997 et lors de l’épidémie du SRAS de 2003. Depuis samedi, 95% des usagers des transports publics portent un masque sans même que le gouvernement ne l’ait demandé, en raison du Coronavirus.

« C’est mieux que rien, mais ce n’est pas assez ! »

À Central, Janus Leung, 34 ans, et Amy Pong, 25 ans se disent inquiets. « Oui, franchement on est extrêmement inquiets de la situation. N’importe qui peut entrer, qu’il soit ou non en bonne santé en remplissant une simple fiche », dit Amy Pong. Ils viennent d’entendre l’annonce selon laquelle le gouvernement déclarait le niveau d’alerte maximale. « C’est mieux que rien, mais ce n’est pas assez ! », estime quant à lui Janus Leung.

Et quelles mesures souhaitent-ils ? « Fermer les frontières, au moins, fermer les portes aux touristes chinois. Apparemment beaucoup de Chinois sont venus à Hong Kong pour se faire soigner. Et ils ne portent même pas de masques. Leur sensibilité à l’hygiène n’est vraiment pas la même que nous », estime Amy.

L’idée de fermer momentanément Hongkong a d’ailleurs été endossée par certains scientifiques mais le gouvernement pour le moment exclut totalement cette mesure.