Coronavirus : les hôtels dans une situation critique

"On a bâché définitivement notre réception et nos meubles, on les a mis au garde-meubles", confie Georges Bonneau, président des Maisons de Georges, à France Télévisions. Les chambres de deux de ses trois établissements resteront vides jusque la fin du confinement, au moins. Au 31 décembre, il n’aura officiellement plus de chômage partiel et s’inquiète pour ses salariés. Des fermetures définitives ? La directrice de l’hôtel Le Swann Best Western, Cynthia Kaldon, est elle aussi incertaine pour l’avenir. "Notre taux d’occupation est inférieur à 10% pour le mois de novembre", dit-elle. La chaîne a dû fermer 75 hôtels sur 300, et son directeur général, Olivier Cohn, évoque "un risque important" de fermeture définitive. Selon la profession, 47 000 emplois ont déjà été supprimés dans l’hôtellerie, et 30 000 autres seraient menacés d’ici la fin de l’année.