Coronavirus : les hôpitaux publics et privés s'entraident dans le Puy-de-Dôme

À Beaumont (Puy-de-Dôme), à la clinique de la Châtaigneraie, un service de médecine Covid a été créé début novembre pour soulager les hôpitaux publics de tout le département. "Les urgences du CHU ont besoin qu'on leur prenne des patients, on les accepte", explique Guillaume Ducher, médecin gériatre responsable du service de médecine générale Covid. Le privé de plus en plus sollicité À Clermont-Ferrand, la clinique Pôle Santé République, a elle aussi été appelée à l'aide par les hôpitaux pour libérer des lits. Une dizaine de malades du Covid-19 et deux patients en réanimation non-Covid y ont déjà été transférés depuis des hôpitaux publics. Une organisation nouvelle, alors qu'à Clermont-Ferrand, le privé n'avait pas été sollicité pendant la première vague. Le service de réanimation, classique pour l'instant, pourrait même devoir accueillir des patients Covid à partir du lundi 9 novembre, en fonction de la saturation des hôpitaux publics. Au total, dans le Puy-de-Dôme, 350 malades du coronavirus sont hospitalisés. Une vingtaine le sont déjà dans ces deux cliniques, avant une montée en puissance du privé dès lundi.