Coronavirus : la Guyane au ralenti

Pour contenir l'actuelle explosion de cas de contamination en Guyane, un couvre-feu a été mis en place samedi 27 juin. Alors dimanche, alors que le reste de la France élit son maire, Cayenne a des allures de ville fantôme. Pas de marchés ni de messe : la vie y est au ralenti, sauf dans les services hospitaliers. Un hôpital de campagne a été installé par la Protection civile, afin de soulager les urgences. "En décalage épidémique par rapport à l'Hexagone" "La Guyane est en décalage épidémique par rapport à l'Hexagone. C'est maintenant que le virus circule ici activement, avec des inquiétudes de la part des autorités sanitaires. Leur objectif, c'est de retarder cette vague, de gagner du temps. Jusqu'à 70 ou 80 patients pourraient être transférés en réanimation selon les estimations les plus inquiétantes, sachant que la capacité initiale à Cayenne était de onze places", explique la journaliste Frédérique Prabonnaud, en direct de Cayenne.