Coronavirus : le gouvernement change-t-il de stratégie sur les tests sérologiques ?

Les personnes ayant été contaminées par le coronavirus n'auront pas de certificat prouvant qu'elles sont immunisées, car on n'en est pas sûr. La Haute Autorité de santé (HSA) à écarté cette thèse, tout comme le recours massif aux tests sérologiques pour détecter la présence d'anticorps. Pourtant, ça devait être un outil majeur du déconfinement, et 5 millions de ces tests ont été commandés par le gouvernement. Mais devant le doute de plusieurs scientifiques, la HSA a tranché. Le Bas-Rhin tente le coup, le Royaume-Uni y aura recours Mais le Grand Est a quand même décidé, dès le mois d'avril, de mener une politique de dépistage, notamment dans les Ehpad. "On a découvert des gens qui étaient positifs et qui ne le savaient pas, dans des établissements ou dans des entreprises", avance Catherine Trautmann, vice-présidente de l'Eurométropole de Strasbourg (Bas-Rhin). Le département du Bas-Rhin a décider de pister à grande échelle pour cartographier le virus. Et quelque 500 000 habitants de la région de Strasbourg pourraient être testés à la fin mai. Une stratégie que semble adopter le gouvernement britannique. "Le gouvernement a déclaré que c'est un élément crucial de sa stratégie. Même si, évidemment, on sait qu'on n'a pas toutes les réponses scientifiques", explique Arnaud Comte en duplex depuis Londres (Royaume-Uni).