Coronavirus en France: un rebond de l’épidémie amené par des sous-variants d’Omicron

Comme dans de nombreux pays d’Europe, la France fait face à un rebond de l’épidémie de Covid-19, porté en particulier par un sous-variant d’Omicron, baptisé BA.5.

En France, le taux d’incidence est passé d’environ 180 pour 100 000 habitants, fin mai, à 480 actuellement. On recense en moyenne 40 000 cas quotidiens sur ces derniers jours. Le nombre d’admissions à l’hôpital commence à augmenter au niveau national, mais pas partout.

Pour l’heure, ce rebond des contaminations n’inquiète pas le professeur Frédéric Adnet, interrogé par Valérie Cohen, du service France de RFI. Il est chef du service des urgences de l’hôpital Avicenne à Bobigny, en région parisienne, et directeur médical du Samu de Seine-St-Denis.

« Nous n’observons pas, ni en réanimation, ni dans les services de maladies infectieuses, ni aux urgences, un véritable rebond d’une même ampleur. Donc, tout se passe comme dans la population : le virus circule, infecte les personnes, mais ce rebond épidémique n’a pas de critères de gravité qui mettraient en péril – je dis bien pour l’instant – nos structures hospitalières qui sont fragilisées par le manque de soignants », estime-t-il

« Assez confiant »

Le professeur Adnet se dit « assez confiant ». « Je vois qu’au Portugal, qui a subi la même vague de ce nouveau sous-variant, il n’y a pas eu un raz de marée au niveau hospitalier », poursuit-il. Le pays a connu, en mai, une augmentation marquée des nouveaux cas, qui a culminé début juin à près de 30 000 contagions par jour. La vague a, depuis, commencé à refluer.

(Et avec AFP)


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles