Coronavirus : comment la France a laissé fondre son stock de masques depuis 2011

franceinfo avec AFP

En presque dix ans, la France a réduit au minimum son stock de masques de protection, afin de rationaliser les coûts.

Le ministre de la Santé Olivier Véran a promis une "transparence absolue", samedi 21 mars, alors que la polémique sur la pénurie de masques perdure en pleine épidémie de coronavirus. En dix ans, la France a réduit son stock de masques de protection afin de rationaliser les coûts. Le pays a misé sur les importations et sa propre capacité productive pour réagir efficacement en cas d'épidémie, mais l'anticipation lui a fait défaut.

2011 : les leçons de l'épidémie de H1N1

Deux ans après le début de l'épidémie de grippe A (H1N1), les services de l'Etat s'interrogent sur leur gestion de la crise. Une polémique avait éclaté autour de la commande massive de 94 millions de doses de vaccin (doses conditionnées par deux), alors que seules six millions ont été finalement utilisées. Les stocks de masques sont alors pléthoriques, avec près d'un milliard de masques chirurgicaux et plus de 700 millions de modèles FFP2.

Ces stocks ont un coût, car il faut entreposer des montagnes de cartons dans un grand hangar à Vitry-le-François (Marne), sachant que les masques se périment peu à peu : les élastiques risquent de lâcher, (...)

Lire la suite sur Franceinfo

Ce contenu peut également vous intéresser :

A lire aussi