Coronavirus en France: fin de la trêve hivernale après une prolongation exceptionnelle

·2 min de lecture

Reportée par le président Emmanuel Macron pour ne pas éviter des expulsions en temps de pandémie, la trêve hivernale s'achève ce samedi 11 juillet avec la fin de l'état d'urgence sanitaire. La mairie de Paris demande une prolongation.

« Au regard du contexte exceptionnel que notre pays traverse, je vous demande solennellement la prolongation de la trêve hivernale pour le parc d'habitation privé. À défaut, je vous demande qu'une solution de logement ou d'hébergement puisse être systématiquement proposée par les services d'État aux familles. » C'est l'appel adressé ce mercredi dans un courrier par Ian Brossat, l'adjoint PCF à la maire de Paris, à la nouvelle ministre Emmanuelle Wargon.

À lire aussi : La France passe la barre des 30000 morts de coronavirus, la vigilance reste de mise

Sur fond de crise du Covid-19, le gouvernement avait annoncé début mai la prolongation de la trêve hivernale jusqu'à la fin de l'état d'urgence sanitaire, ce samedi après minuit, offrant un sursis à des milliers de foyers modestes menacés d'expulsion.

À lire aussi : Qu'est-ce que l'état d'urgence sanitaire

L'adjoint au Logement liste par ailleurs « quatre adresses qui peuvent faire l'objet d'une procédure de réquisition immédiate », dans les IIe, VIe, VIIIe et XIVe arrondissements de la capitale. « Julien Denormandie [ancien ministre du Logement, NDLR] s'était engagé à ce qu'il n'y ait pas d'expulsions locatives sans solution de logement, a déclaré l'élu communiste. Nous demandons que sa successeure, Emmanuelle Wargon, prenne aussi cet engagement et qu'il soit vérifié dans les jours qui viennent. »

Prolongation jusqu'au début de la prochaine trêve hivernale

De son côté, la mairie de Paris Anne Hidalgo avait annoncé, il y a plusieurs semaines, prolonger la trêve hivernale dans le parc social pour « tous les locataires de bonne foi » jusqu'au 31 octobre. Ce qui correspond en réalité au début de la nouvelle trêve hivernale qui court du 1er novembre au 31 mars, chaque année.

L'Hôtel de Ville a également décidé d'augmenter son fonds de solidarité qui vient en aide aux locataires en difficulté. « Il a été abondé de 5 millions d'euros sur un budget total de 23 millions d'euros, abondé à 80% par la Ville de Paris », a détaillé Ian Brossat.

Chaque année en France, entre 15.500 et 16.000 expulsions, conduites avec le concours de la force publique, mettent à la rue ceux qui n'ont pas pu s'acquitter de leur loyer.

À écouter : Avec la fin de la trêve hivernale, les craintes des associations augmentent