Coronavirus en France: FedEx sommé de fournir du matériel de protection à ses salariés

En France, le gouvernement hausse le ton face aux géants de vente en ligne et aux entreprises de transport. Après Amazon, sommé de prendre des dispositions dans ses sites français afin de mieux protéger ses salariés contre le Covid-19, c'est au centre de tri de FedEx à l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle d'être visé par une nouvelle injonction.

Un intérimaire décédé, 19 personnes contaminées, depuis fin mars, le syndicat CGT ne cesse de dénoncer les conditions de travail sur le site de FedEx à Roissy. L'entreprise a été mise en demeure par l'inspection du travail de fournir à chaque travailleur deux combinaisons jetables, quatre paires de gants et quatre masques.

Des mesures jugées insuffisantes par Laetitia Gomez, secrétaire générale de la CGT Intérim : « Le site, il doit être désinfecté régulièrement ainsi que les équipements utilisés par les salariés. Aujourd'hui, il y a eu une désinfection, mais elle est partielle et inadaptée au site. »

À écouter aussi : Philippe Martinez: «On a l'impression que l'économie prime sur la santé en France»

2 500 salariés et 400 intérimaires se croisent chaque jour sur le site et les salariés sont très inquiets :  « Le business prime toujours. Alors nous ce qu'on dit aujourd'hui aux entreprises de travail temporaire c'est : " maintenant, ça suffit. Si vous voulez continuer à faire comme vous voulez, il pourrait être envisageable, – ce que nous n'avons pas fait pour l'instant –, de porter plainte contre les directions des antennes de travail temporaire qui continuraient à mettre des salariés en poste chez Federal Express Corporation ". »

FedEx conteste sa mise en demeure par l'inspection du travail. Le groupe a décidé de lancer un recours.

► À lire aussi : Coronavirus en France: les chauffeurs routiers menacent d'utiliser leur droit de retrait