Coronavirus en France: les agences de voyages toujours à la peine

En France, les vacances d’été approchent mais le Covid-19 a bousculé les habitudes et les envies. Et les agences de voyages sont toujours à la peine. Après plus de deux mois d'inactivité, les ventes enregistrées début juin oscillent entre 10 et 30% des réservations habituelles.

Dans les agences physiques, les réservations atteignent 10 à 15% de l'activité de la même période de l’an dernier. Sur internet, la reprise est un peu plus vive avec 25 à 30%. Pourtant, les Français ont bien l’intention de partir en vacances cet été… Ils sont même plus nombreux à vouloir s’évader qu'en 2018 selon un sondage BVA qui révèle que 59% des interrogés pensent partir.

Mais, et ce n’est pas forcément une bonne nouvelle pour les agences de voyage, ils sont beaucoup plus nombreux à vouloir rester en France, 87% contre 66% en temps normal. Et surtout, plus de la moitié des futurs voyageurs n’ont encore rien réservé, alors que l’an dernier à la même époque 60% des Français avait déjà préparé leurs vacances.

Au total, l’Association des entreprises du voyage s’attend à une perte d’exploitation comprise entre 600 millions et un milliard d’euros cette année pour les agences de voyages et tour operator. Une ornière que certaines entreprises auront sans doute du mal à surmonter, explique le président de l’association Jean-Pierre Mas, même si à long terme, il reste confiant.

Pour l’avenir immédiat, l’une de ses préoccupations majeures est le maintien d’une quarantaine de sept jours dans les départements d’outre-mer. Difficilement compatible avec un séjour touristique.