Coronavirus : les Français se déplacent plus qu'au premier confinement

Au printemps dernier, lors du premier confinement, les Champs-Élysées étaient désertés. Aujourd'hui, pour ce second confinement, pas d'embouteillages, mais du monde dans certains quartiers de Paris. "Les gens continuent à circuler de la même façon, donc je pense qu'il n'y a pas de grosse différence", confie une Parisienne. "C'est quasiment comme une journée sans confinement", approuve une autre. Une fréquentation des transports plus forte qu'au printemps La fréquentation des transports en commun durant ce second confinement confirme cette tendance : 30 à 50% de l'affluence normale, contre 5% lors du premier confinement. La différence est tout aussi flagrante dans les TER : la fréquentation y a chuté à 33%, mais c'est mieux qu'au printemps, où elle avait diminué à 2,5%. Quant aux TGV, la fréquentation est de 10% ; loin du quasi arrêt en avril. En ville, trottinettes et vélos en libre-service ont perdu jusqu'à la moitié de leurs usagers, mais limitent tout de même la casse, car "ce sont des transports qui ont lieu à l'air libre, sans contact rapproché avec d'autres clients", explique Julien Chamussy, directeur général de Fluctuo.