Coronavirus : « Sur le foyer de l’abattoir, on n’aurait pas pu réagir plus vite », selon le CHR d’Orléans

Propos recueillis par Julien Laloye

INTERVIEW - Thierry Prazuck, le chef du service infectiologie en charge du suivi du foyer Tradival, à Fleury-les-Aubrais (Loiret), explique comment les équipes ont travaillé depuis la révélation des premiers cas positifs

De notre envoyé spécial à Orléans

Petit exploit qui réchauffe le cœur après une journée à traîner nos guêtres devant l’abattoir Tradival, au cœur du cyclone​ depuis la découverte d’un foyer de propagation de l’épidémie de Covid-19. Réussir à voler un peu du temps de Thierry Prazuck, le chef du service des maladies infectieuses et tropicales au CHR d’Orléans, pour qu’il nous explique comment se gère l’un des premiers clusters d’envergure post-déconfinement depuis la salle des manettes.

Le temps de patienter, on entend une infirmière décrocher son téléphone et tenter de dresser avec difficulté le portrait d’une famille entière à dépister dans les plus brefs délais. La dame appelée ne comprend pas très bien le français, et il n’y a plus personne d’ISM inteprétariat dans les parages. L’association, qui facilite la compréhension entre les résidents non francophones et les services publics français, un vaste programme, a été sollicitée spécialement dans le cadre(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Coronavirus dans les Côtes d’Armor : Grand dépistage à l’abattoir de Kermené, 69 cas déjà confirmés
Coronavirus : « On est à touche-touche sur les lignes de production »... Pourquoi le Covid-19 infiltre-t-il autant les abattoirs ?
Coronavirus à Orléans : Tous les salariés d'un abattoir où est apparu un «cluster» seront dépistés d'ici mardi