Coronavirus: Fillon revient sur son "petit commando avec Roselyne" pour gérer le H1N1

François Fillon ici avec l'ex-ministre de la Santé Roselyne Bachelot à l'Elysée le 6 octobre 2010. (Photo: ASSOCIATED PRESS)

POLITIQUE - Roselyne Bachelot est la personnalité politique préférée des Français. C’est en tout cas ce que dit un sondage Odoxa pour la presse régionale en cette fin du mois de mars. Il faut dire que l’ancienne ministre de la Santé de Nicolas Sarkozy connaît -sans doute bien malgré elle- un retour en grâce à la faveur de la crise sanitaire du coronavirus qui secoue la France. 

Depuis plusieurs jours et la polémique autour de l’impréparation de l’Etat, notamment sur la question des masques et des tests, l’ancienne ministre est sollicitée dans les médias. Elle raconte notamment comment ceux qui moquaient hier son application du principe de prévention -traduite par des stocks de masques et des millions de vaccins commandés- se confondent aujourd’hui en excuses. 

Et ce dimanche 29 mars, François Fillon en remet une couche dans les colonnes du Figaro. L’ancien candidat à l’élection présidentielle, chef du gouvernement dans lequel Roselyne Bachelot était ministre de la Santé, revient sur leur gestion de la grippe H1N1 en 2009. 

“On s’était battu comme des lions”

La décision de commander des stocks -paraissant colossaux à l’époque- s’est fait avec Nicolas Sarkozy, explique l’ex-chef du gouvernement désormais mis en examen dans l’affaire des emplois fictifs de son épouse.

“Il y avait le président de la République qui avait été très proactif et qui nous avait donné des instructions pour parer à la pire des éventualités”, raconte l’ex-Premier ministre avant de poursuivre: “On avait monté avec Roselyne un petit commando pour mettre en place l’approvisionnement en vaccins. Toute l’Europe en voulait. On s’était battu comme des lions pour forcer les laboratoires à nous donner les stocks de vaccin dont on avait besoin.”

L’ancien chef du gouvernement explique que les décisions n’ont pas été simples à prendre. “On a arbitré en se disant qu’on nous reprocherait beaucoup plus une catastrophe sanitaire qu’une erreur sur le nombre de vaccins commandés. C’est le rôle du politique par rapport aux scientifiques de trancher”, explique-t-il dans une forme de leçon au pouvoir actuellement en place, pris dans la tourmente de polémiques sur son action face au Covid-19.

À la fin de l’année 2009, après la crise du H1N1, la France a pu compter sur un stock de 94 millions de doses de vaccins et pas moins de 1,7 milliard de masques. Il n’y en avait plus que 150 millions en stock au début de l’épidémie de coronavirus.

À voir également sur Le HuffPost: La France a commandé 1 milliard de masques et 5 millions de tests

LIRE AUSSI:

Un comédien divertit ses voisins en réinventant "Question pour un champion"

Coronavirus: Le chanteur Christophe hospitalisé en réanimation à Paris

Love HuffPost? Become a founding member of HuffPost Plus today.

This article originally appeared on HuffPost.