Coronavirus: les festivités du Nouvel an chinois annulées à Paris

Anthony Berthelier
Les festivités du Nouvel an chinois annulées à Paris, annonce Hidalgo

SANTÉ - Mesure de précaution. Anne Hidalgo annonce, ce dimanche 26 janvier, que la communauté chinoise de Paris a souhaité annuler les festivités en lien avec le nouvel an chinois prévues l’après-midi. “J’ai rencontré hier la communauté chinoise de Paris qui est dans l’émotion et dans l’inquiétude.

Elle a souhaité elle-même annuler le défilé prévu place de la République”, a ainsi annoncé la maire de la capitale sur Europe 1. Il devait partir vers 14 heures de la place emblématique de la capitale après la cérémonie d’ouverture avec danses des dragons et des lions. À Bordeaux, une décision semblable a été prise en ce premier jour de l’année du Rat de métal.

Une façon de limiter les possibles risques d’épidémie en France, alors que trois cas de contamination au coronavirus chinois ont été confirmés en métropole vendredi, les premiers en Europe. Les patient vont bien, les autorités se veulent rassurante... mais l’inquiétude subsiste autour de ce mystérieux virus. 

La Chine se barricade, le bilan s’alourdit

En Chine, le bilan de l’épidémie de pneumonie virale est monté à 56 morts et près de 2000 personnes sont contaminées, selon le dernier bilan officiel dimanche. La quasi-totalité des victimes se trouvaient dans la région de Wuhan, dans le centre du pays. 

La situation est “grave”, a reconnu samedi soir le président Xi Jinping, avertissant que l’épidémie apparue en décembre à Wuhan, dans le centre du pays “s’accélère”. La circulation automobile “non essentielle” est interdite depuis minuit dans le centre de la métropole, devenu étrangement silencieuse, comme l’a constaté une équipe de l’AFP.

Wuhan et sa région sont placées de facto en quarantaine depuis jeudi afin de prévenir une nouvelle propagation de la maladie. Au total, 56 millions de personnes sont coupées du monde.

Le président Xi a appelé les autorités locales à prendre des mesures “plus rigoureuses” pour combattre l’épidémie et à placer tous les malades en “quarantaine centralisée”.

Dans la cité transformée en...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post