Coronavirus : avec la fermeture des bars, un lien social qui disparaît

Boire son café accoudé au comptoir est un rituel pour beaucoup d’habitants du village de Dorlisheim, en Alsace. Depuis vendredi 23 octobre et la mise en place des restrictions sanitaires, il faut aller le consommer dehors. Depuis le passage du Bas-Rhin en zone d’alerte maximale, le gérant a dû réorganiser sa salle. Malgré tout, l’établissement a pu rester ouvert grâce à une dérogation pour sa partie vente de presse et de tabac. Le gérant perd l’activité la plus lucrative de son établissement Sans le bar, c’est un peu l’esprit du village qui disparaît. "On perd de la convivialité, plein de choses, mais après normalement ça devrait revenir à la normale, mais on ne sait pas quand", regrette un client. Avec la fermeture de la partie bar, le gérant perd l’activité la plus lucrative de son établissement. Sept salariés seront au chômage partiel à tour de rôle pour ne pas trop les pénaliser sur leur salaire.