Coronavirus : faut-il davantage de dépistages ?

La France a d'abord choisi de ne tester que ceux qui avaient été en contact avec des personnes revenant de zones à risque, puis les patients très malades. D'autres pays ont une tout autre stratégie. En Corée du Sud, les habitants font la queue dans la rue et même dans leurs voitures pour faire les tests. Les autorités ont en effet décidé de dépister très large, au moindre symptôme. En France, la méthode est radicalement différente. Le dépistage réservé à des cas prioritaires En effet, le Samu sélectionne les personnes à tester grâce à une série de questions stratégiques. Et il y a des priorités. Le docteur Wilfried Sammut, porte-parole de l'association des médecins urgentistes, explique : "Le dépistage est destiné aux patients les plus graves, les patients à risque, les personnes âgées ou les soignants." S'il est compliqué de comparer les chiffres, le taux de mortalité est l'un des plus bas en Corée du Sud.