Coronavirus : faut-il croire au « premier » vaccin de la Russie ?

Futura avec l'AFP-Relaxnews
·2 min de lecture

En annonçant mardi avoir développé le « premier » vaccin contre la Covid-19, baptisé Spoutnik V, la Russie entend se positionner en tête de cette compétition planétaire aux enjeux financiers considérables. Mais gare aux effets d'annonce et aux espoirs déçus.

Covid-19 : où en sont les vaccins dans le monde ?

Dans son dernier point daté du 31 juillet, l'OMS recense 26 « candidats vaccins » dans le monde, évalués dans des essais cliniques sur l'Homme (contre 11 à la mi-juin). La plupart de ces essais en sont encore au stade de phase I (qui vise avant tout à évaluer la sécurité du produit), ou de phase II (où l'on explore déjà la question de l'efficacité). Seuls cinq sont au stade le plus avancé de phase III, où l'efficacité est mesurée sur des milliers de volontaires : celui développé par l'Allemand BioNTech et l'Américain Pfizer, ceux de la biotech américaine Moderna, des laboratoires chinois Sinopharm et Sinovac, et le projet mené par l'université d'Oxford en coopération avec le Britannique AstraZeneca.

Le vaccin russe, développé par le Centre de recherches en épidémiologie et microbiologie Nikolaï Gamaleïa, avec le ministère russe de la Défense, est listé en phase I dans la base de données de l'OMS. Pourtant le fonds souverain russe impliqué dans son développement assure que la phase III des essais cliniques commencera dès mercredi. Et, selon les autorités médicales russes, enseignants et personnels médicaux commenceront à être vaccinés dès le mois d'août, avant une mise en circulation le 1er janvier 2021 dans la population.

La Russie dit avoir découvert le « premier » vaccin contre le coronavirus. © herraez, IStock photo
La Russie dit avoir découvert le « premier » vaccin contre le coronavirus. © herraez, IStock photo

Vaccin : quelles techniques ?

Certaines équipes travaillent sur des vaccins classiques utilisant un virus « tué » : ce sont les vaccins « inactivés ». Il y a également des vaccins dits « sous-unitaires », à base de protéines (des antigènes) qui déclenchent une réponse immunitaire, sans virus. D'autres vaccins, dits « à vecteur viral », sont plus...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura