Le coronavirus explose au Brésil et la colère à l’égard de Bolsonaro monte

Contrairement à ses apparitions précédentes, Jair Bolsonaro n’a pas serré de mains. mais son discours anti-confinement n’a pas changé. "C’est une manifestation spontanée pour la défense de la démocratie et de la liberté pour gouverner sans ingérence pour l’avenir et l’économie du Brésil", a expliqué le président à Brasilia. Dimanche 3 mai, le Brésil a franchi le cap symbolique des 100 000 cas confirmés de Covid-19, juste derrière les États-Unis et la Russie. Bolsonaro, "un fou" Le nombre de décès augmente rapidement avec plus de 7 000 morts. Plus les jours passent, plus ils sont nombreux à dénoncer les choix de Jair Bolsonaro pour endiguer la pandémie. Au Brésil, ce sont les gouverneurs des États qui décident des mesures de confinement. Les dernière provocations du président ont été très mal vécues par les classes populaires. "Ce qu’il dit, c’est un génocide", affirme un Brésilien. "Il continue d’être fou", abonde une Brésilienne. Dimanche, la statue du Christ rédempteur de Rio de Janeiro a été recouverte d’un masque afin d’encourager les Brésiliens à se protéger.