Coronavirus : en Espagne, le couvre-feu perçu comme un moindre mal

·1 min de lecture

Un couvre-feu mieux vaut qu'un reconfinement. Voilà l'état d'esprit des Espagnols rencontrés par Europe 1 en ce dimanche soir, quelques heures après l'annonce du Premier ministre espagnol Pedro Sanchez de l'instauration d'un état d'urgence sanitaire jusqu'au début du mois de mai, qui s'accompagnera d'un couvre-feu. Ce nouveau tour de vis, effectif dès ce dimanche soir dans tout le pays, à l'exception des îles Canaries, n'a pas été une surprise, surtout depuis son instauration chez le voisin français.

>> EN DIRECT -Coronavirus : suivez l'évolution de la situation dimanche 25 octobre

"Il faut le faire pour éviter un confinement dur"

Dans la plupart des régions, les Espagnols devront donc être chez eux à 23h, sauf en Catalogne, la région de Barcelone, où il débute dès 22 heures. En pleine seconde vague, privée de touristes, Barcelone n'est plus l'habituelle ville festive, les bars et les restaurants sont tous fermés depuis dix jours. Alors ce couvre-feu est plutôt accueilli avec résignation par les habitants. "C'est fondamental, il faut le faire pour éviter un confinement dur comme celui que l'on a déjà eu", estime au micro d'Europe 1 Fabiano, la trentaine. "C'est essentiel d'avoir ces restrictions maintenant."

Ce tour de vis est vu comme un moindre mal depuis Barcelone, tant le confinement très dur du printemps dernier a marqué les esprits. 

L'ESSENTIEL CORONAVIRUS

> Comment le coronavirus s'est propagé dans les campagnes

> Au gouvernement, l'hypothèse d'un reconfineme...


Lire la suite sur Europe1