Enceinte et atteinte du Covid-19, elle accouche sous respirateur puis vainc la maladie

Une naissance sous respirateur aux Etats-Unis (illustration)

Hospitalisée début avril pour des difficultés respiratoires alors qu’elle était enceinte de sept mois, Megan Sites a été placée sous respirateur. Elle a fini par repousser la maladie, non sans avoir au passage donné naissance à un petit garçon.

Un “miracle” selon l’intéressée. Touchée par le Covid-19 alors qu’elle était enceinte de sept mois, Megan Sites n’est pas passée loin de tout perdre au cours du mois d’avril. Elle a finalement donné naissance à son deuxième enfant, un petit garçon, avant de vaincre la maladie.

Au tout début du mois, cette Américaine âgée de 27 ans avait été admise aux urgences du Joint Township District Memorial Hospital, dans l’Ohio (États-Unis), en raison de difficultés respiratoires. Rapidement, les médecins ont diagnostiqué une infection au SARS-CoV-2.

“Je me suis dit que mon heure était venue”

Après s’être brièvement amélioré, l’état de la patiente s’est soudainement aggravé, alors qu’elle était toujours hospitalisée. “J’avais mal partout dans mon corps. Respirer, tousser, bouger, le moindre mouvement me faisait souffrir, raconte la jeune femme dans des propos rapportés par le Mirror. J'ai eu quelques moments de dépression. Je me suis dit que mon heure était venue et que j’allais y rester.”

Les médecins ont alors décidé, avec l’accord de Megan, de la placer sous respirateur et de la mettre sous sédatifs. La gravité de son état requérant une opération très périlleuse, la jeune femme, toujours enceinte, inconsciente et sous respirateur, a ensuite été transférée dans un hôpital de la ville de Dayton, située à une centaine de kilomètres.

Le bébé ne présente aucun signe d’infection au coronavirus

Là, les chirurgiens ont procédé à son accouchement par césarienne, avant de s’occuper de soigner ses problèmes respiratoires. Né après 29 semaines et six jours de grossesse et donc prématuré, l’enfant, un petit garçon, a immédiatement été pris en charge par le service de soins intensifs néo-natals de l’établissement.

Après plusieurs jours de convalescence, Megan a fini par vaincre la maladie et par être réveillée. Elle a ensuite été autorisée à voir son bébé pour la première fois, dix jours après sa naissance. Les examens ayant révélé que l’enfant est en bonne santé et ne présente aucun signe d’infection au coronavirus, Megan Sites et son fils devraient être autorisés à rentrer chez eux d’ici quatre ou cinq semaines.