Coronavirus : les EHPAD sous haute surveillance

Chaque semaine, pour venir voir sa mère dans son Ehpad de Saint-Maur (Val-de-Marne), Elsy Nataf doit systématiquement prendre rendez-vous. Les visites sont autorisées sous étroite surveillance : prise de température, lavage des mains obligatoire, et contrôle des symptômes. "Je pense que c’est indispensable,maintenant […] je suis pas sure qu’on soit vraiment préservé de quoi que ce soit en faisant juste ça", confie-t-elle aux journalistes de France Télévisons. Durant la première vague, l’établissement avait enregistré plus d’une dizaine de décès liés au Covid. Résultat, les vigilance est accrue pour cette seconde vague. Seuls les pensionnaires du même étage peuvent ainsi manger a la même table et assister aux mêmes animations. Préserver la santé les résidents Malgré les efforts des Ehpad, la situation est toutefois grave en France, mercredi 11 novembre : on compte plus de 1 300 foyers épidémiques dans les 7 000 établissements du pays. Les risques sont liés à la poursuite des visites dans ces établissements et du non-respect des gestes barrières, mais aussi à l’intervention parfois d’intervenants extérieurs, comme certaines spécialistes de santé ou des animateurs.