Coronavirus : les écoles joueraient un rôle dans la propagation de l'épidémie

·5 min de lecture
Photo d'illustration

Une étude menée en Suisse montre que la fermeture des écoles a permis de réduire considérablement les nouvelles infections durant la première vague.

La gestion des écoles pourrait être un des derniers leviers à disposition du gouvernement pour endiguer la hausse actuelle des contaminations au Covid-19 et ainsi éviter un confinement strict, comme au printemps dernier.

Si Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, maintient que “le risque de contamination des enfants est plus fort hors du cadre scolaire”, une nouvelle étude, menée en Suisse, tend à prouver le rôle de l’école dans les contaminations.

Fermer les écoles, une des décisions les plus efficaces face au Covid-19

Selon cette étude de l'École polytechnique de Zurich rapportée par la RTS, fermer les écoles est même l’une des mesures les plus efficaces pour lutter contre la propagation du virus. Pour en arriver à cette conclusion, les auteurs de l’étude se sont intéressés à l’impact des différentes restrictions prises durant la première vague sur la mobilité des Suisses.

La décision de fermer les établissements scolaires en mars 2020 a permis de réduire la mobilité de 21,6% au cours de la période observée. Soit l'une des mesures les plus efficaces après l’interdiction des rassemblements de plus de cinq personnes (-24,9%) et la fermeture des restaurants, bars et magasins (-22,3%).

Une baisse du nombre de cas d'environ un cinquième

“Avec la fermeture des écoles, les parents sont de plus en plus souvent restés à la maison. Cela a influencé la mobilité et finalement le nombre d'infections au coronavirus”, explique Stefan Feuerriegel, professeur d'informatique et gestion à l’école polytechnique de Zurich, qui a dirigé l'étude.

Dans leur étude, les chercheurs ont également mesuré l’effet de la fermeture des écoles sur les cas de Covid-19 et estiment que cette mesure a permis une diminution du nombre de cas d'environ un cinquième.

Des études confirment le rôle des écoles dans la propagation du virus

Une étude supplémentaire qui confirme le rôle de l’école dans la transmission du Covid. En octobre dernier, une analyse comparative menée par The Lancet montrait que la fermeture des écoles pourrait réduire de 15% la transmission du virus en 4 semaines. A contrario, leur réouverture à l’issue de cette période entrainerait une augmentation de 24% de la transmission.

Une autre étude, publiée dans la revue Nature, montrait que la fermeture des écoles est une des mesures qui contribue le plus à réduire les transmissions du coronavirus, tandis que leur réouverture est un des facteurs qui contribue le plus à sa propagation.

À LIRE AUSSI >> Les mesures les plus efficaces pour lutter contre l’épidémie de Covid-19

Interrogé sur une possible fermeture des écoles face à la propagation de l’épidémie de Covid-19 depuis plusieurs semaines, Jean Castex rappelait le 7 janvier que la fermeture des écoles ne doit être envisagée qu'“en dernier recours” : “Il faut vraiment que la situation sanitaire soit gravissime pour fermer des écoles car nous savons que les conséquences, y compris sanitaires, sont absolument dramatiques", expliquait le Premier ministre lors d’une conférence de presse.

Un taux de positivité très élevé chez les enfants

Eu Europe, plusieurs pays ont décidé de fermer leurs écoles face à la propagation du Covid-19, dont le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Autriche, les Pays-Bas et le Danemark. Si l’idée d’une fermeture des écoles est largement rejetée, de nombreux médecins demandent une adaptation du protocole sanitaire dans les établissements scolaires, alors que le taux de positivité est en forte hausse chez les enfants, atteignant près du double de celui de la population générale.

Un chiffre à toutefois relativiser en raison du faible nombre d’enfants dépisté, ce qui peut faire davantage fluctuer le taux de positivité, avec une faible hausse du nombre d’enfants testés positifs.

Les propositions pour améliorer la situation des écoles

Parmi les pistes d’amélioration préconisées par les professionnels de santé pour le protocole sanitaire dans les écoles, l’installation de détecteurs de CO2 dans les salles de classes. Les détecteurs de CO2, qui mesurent la densité de dioxyde de carbone dans une pièce, permettent de vérifier si l’aération d’une salle est satisfaisante. Si l’indicateur de CO2 est trop élevé, l’aération est insuffisante.

Une idée déjà adoptée à l’étranger, le Luxembourg a ainsi décidé d’équiper toutes ses classes de capteurs de CO2. C’est également le cas de certaines écoles de Berlin, en Allemagne. En France, excepté quelques initiatives locales, seules l’École Normale Supérieure et l’université Saclay s’équipent de capteurs de CO2.

Autre piste d’amélioration préconisée pour le protocole en place dans les écoles, la fin des activités à risque comme le chant ou le sport en lieux clos, la limitation du brassage des classes et l’adaptation des cantines scolaires, en organisant par exemple les repas dans les classes plutôt qu’à la cantine.

Ce contenu peut également vous intéresser :