Coronavirus et droit du travail: en Irlande, les demandes d'aide juridique explosent

En Irlande, le déconfinement n'est pas tout à fait effectif et le télétravail reste la norme. La santé des télétravailleurs, en revanche, n'apparaît pas au beau fixe.

Avec notre correspondante à DublinEmeline Vin

En Irlande, les appels concernant le droit du travail ont doublé depuis le début de la pandémie, selon les deux principales lignes d’aide juridique gratuite. Les organisations s’inquiètent du niveau de stress chez les travailleurs au bout du fil.

Les appels concernent surtout des infractions au contrat de travail : pose forcée de congés, extension du temps de travail, etc. Des discriminations ont aussi été rapportées - comme avec une future maman mise prématurément en congé maternité - ou encore des injustices salariales, avec des télétravaileurs qui ont vu leur salaire baisser.

Une période angoissante pour les travailleurs et les chômeurs

Cependant, un doublement des appels ne signifie pas un doublement des infractions au droit du travail. Ce sont de travailleurs qui pensent avoir été victimes d’entorses à la législation.

Les responsables de ces lignes d’aide juridique gratuite soulignent que la période est sans précédent, angoissante, à la fois pour les travailleurs et pour le million de chômeurs dans le pays aujourd’hui. Mais rien qui justifie, selon eux, de s’affranchir du droit. Les médiateurs appellent aujourd’hui à une réforme de l’aide juridique d’État, qui ne couvre pas les affaires relatives à l’emploi.

►À écouter aussi : Télétravail, le nouvel horizon de l’entreprise?