Coronavirus: Didier Lallement s'excuse mais suscite un véritable tollé

Lucie Oriol

CORONAVIRUS - La déclaration de trop? Le préfet de police Didier Lallement a suscité un véritable tollé ce vendredi 4 avril lors d’une interview sur BFMTV. Il y faisait alors un lien de “corrélation” douteux entre les personnes n’ayant pas respectées le confinement et celles atteintes du coronavirus et placée en réanimation.

La préfecture a beau avoir publié un “rectificatif” en début d’après-midi, et le préfet devant tout de même prendre la parole à 16h, une partie de la classe politique, mais également des médecins, sont montés au créneau pour dénoncer des propos “froids” et parfois réclamer sa démission.

De nombreux élus de la France Insoumise ont rapidement pris la parole dont le président du parti Jean-Luc Mélenchon. Dans un tweet, le député des Bouches-du-Rhône tance des déclarations écœurantes. “Pour lui, ceux qui sont malades ou qui sont morts l’ont bien cherché! Écœurant. L’état d’urgence sanitaire ne doit pas avoir ce visage insultant. Les gens doivent être respectés!’, tonne-t-il.

La députée LFI, Clémentine Autain appelle de son côté à la démission du préfet tout comme sa consœur Danielle Obono. 

Toujours à gauche, le premier secrétaire du Parti socialiste, a évoqué des “propos absolument scandaleux”, rappelant qu’un policier est décédé ce vendredi en Seine-et-Marne du coronavirus: “Imaginez ce que ça fait pour sa famille et pour tous ceux qui sont obligés d’aller au travail?”. Le maire PS d’Alfortville, Jean-Luc Carvounas, n’a pas non plus caché son indignation.

De l’autre coté de l’hémicycle, Marine Le Pen qualifie ces propos de “totalement stupides (...) de surcroît d’une froideur et d’une méchanceté qui donnent la nausée”. 

Nicolas Dupont-Aignant, le président de Debout La France a réclamé à son tour une démission: “Les personnes en réanimation luttent contre la mort, elles ont souvent attrapé le coronavirus avant le...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post