Coronavirus : la deuxième vague frappe différemment les régions

Le Covid-19 touche tout l’Hexagone mais des disparités en fonction des régions peuvent néanmoins être relevées. "On voit que ça circule de façon très différente. En Île-de-France, on est passé en dessous d’un pour le taux de reproduction. Cela veut dire que l’épidémie ralentit", note le journaliste et médecin Damien Mascret, sur le plateau du 19/20, jeudi 19 novembre. Une deuxième vague plus violente Pour les autres régions, l’épidémie ralentit mais "cela reste très fragile". En outre, en Auvergne Rhône-Alpes, aucun ralentissement n’est visible. Il y a encore des taux d’incidence très élevés. Par ailleurs, les régions qui avaient subi une première vague très virulente en subissent une seconde moins importante. Au contraire, "les régions qui avaient une première vague plus basse, je pense aux Hauts-de-France, à la région Paca par exemple, ont une deuxième vague qui est beaucoup plus sévère", précise le médecin.