Coronavirus : davantage de cours à distance dans les lycées

Dans ce lycée de Caen (Calvados) comme dans d’autres établissements normands, cela fait plusieurs jours que l’on teste une nouvelle organisation : une semaine en classe, l’autre à la maison. L’objectif en réduisant la fréquentation par deux est d’éviter les couloirs bondés où toute distanciation physique est impossible, ce qui aggrave les risques en pleine recrudescence de l'épidémie de Covid-19. "Le self c’est insupportable, les couloirs c’est insupportable, les cours je trouve que cela va, ça dépend des salles, mais c’est compliqué, on a froid toute la journée avec les fenêtres [ouvertes]", confie une lycéenne. "C’est le présentiel qui fait l’apprentissage" Comment, dans ces conditions, garantir la continuité pédagogique, surtout avec un baccalauréat en contrôle continu. Les enseignants sont inquiets. "On sait que c’est le présentiel qui fait l’apprentissage, le distanciel a été une solution pendant le premier confinement mais cela ne peut pas être l’alpha et l’oméga. On sait que l’on va perdre des élèves dans ce cas-là", indique Carole Lizé, secrétaire générale académique SNES-FSU. L’appel à la grève reste d’ailleurs maintenu pour le 10 novembre.