Coronavirus : le danger multiplié pour les travailleurs précaires

Un livreur Ubereats rencontre en moyenne une quarantaine de personnes par jour. Un chiffre qui multiplie les risques de propagation de l'épidémie de Covid-19. La population des livreurs et chauffeurs est particulièrement à risque, et précaire. Que va-t-il se passer en cas de confinement ? En février, par décret, le gouvernement a décidé d'accorder aux travailleurs indépendants l'indemnité journalière de maladie en cas d'infection, mais aussi de confinement.

Des modalités positives qui restent imprécises Certaines plateformes veulent aller encore plus loin. Chez Uber, "les chauffeurs et les livreurs qui se trouvent dans ces situations recevront une indemnisation pendant une période pouvant aller jusqu'à 14 jours". De son côté, Deliveroo "va apporter un soutien aux livreurs diagnostiqués porteurs du virus ou à qui une autorité médicale a demandé de s'isoler". Des déclarations d'intention destinées à améliorer leur image selon le CLAP, le collectif des livreurs autonomes de Paris. Les modalités d'indemnisation ne sont en effet pas détaillées en détail pour le moment.