Le coronavirus est-il d’origine naturelle ou issu d’un laboratoire ? Décryptage avec le virologue Étienne Decroly

Nathalie Mayer, Journaliste
·2 min de lecture

Déjà 44 millions de cas et 1,1 million de morts. C’est le bilan au 30 octobre de la pandémie de la Covid-19 qui frappe le monde depuis plusieurs mois maintenant. Un bilan très provisoire. Car selon les experts de l’OMS, l'Organisation mondiale de la Santé, le coronavirus responsable de l’infection reste actif. Pire : un peu partout dans le monde, sa propagation s’accélère. Alors que certains cherchent des moyens de le contrer en mettant au point traitements et vaccins, d’autres sont toujours en quête de ses origines.

Lesquelles ? Chauve-souris ? Pangolin ? Le marché de Wuhan, en Chine ? La trajectoire qui a mené le coronavirus baptisé SARS-CoV-2 jusqu’aux humains n’a-t-elle pas été clairement définie il y a plusieurs mois déjà ? « Il se pose toujours un certain nombre de questions autour de l’origine de ce coronavirus, nous assure Étienne Decroly, virologue au CNRS. Tout n’est pas compris. Comment ce virus a-t-il franchi la barrière des espèces ? Comment est-il devenu hautement transmissible d’Homme à Hhomme ? Ce ne sont que quelques exemples des éléments qu’il est important d’identifier pour mieux préparer l’avenir ». Pour mieux cibler les éventuelles pratiques à risques et nous éviter une nouvelle pandémie. Mais aussi pour élaborer des stratégies thérapeutiques et vaccinales.

Ce qui est acquis, c’est que « la première accumulation de cas symptomatiques a été enregistrée dans la région de Wuhan ». Difficile pourtant de pointer du doigt un patient zéro. « Le travail des chercheurs est compliqué par la prévalence importante des cas asymptomatiques », explique Étienne Decroly. Une commission d’experts a d’ailleurs été mandatée par l’OMS pour démêler les fils de cette histoire. Dans l’espace, mais aussi dans le temps. « Initialement, il était question d’une émergence du SARS-CoV-2 début janvier 2020. Mais la littérature scientifique rapporte des cas dès la fin du mois de novembre 2019. Le début de l’épidémie pourrait même remonter à plus tôt...

> Lire la suite sur Futura