Coronavirus : la détresse des étudiants

Jeudi 14 janvier, le Premier ministre Jean Castex a promis la réouverture le 25 janvier des travaux dirigés par demi-groupe des étudiants en première année. Le reste d’entre eux vont donc devoir continuer de suivre leurs cours à distance. Une situation pesante pour des élèves qui dénoncent une gestion à deux vitesses. "C’est compliqué de se dire au lycée, ils ont le droit d’aller à 30 dans une classe, à la fac non ce n’est pas possible", s’exaspère Nicolas Autissier, vice-président d’Ocampus à Orléans (Loiret). Des élèves isolés La fermeture des classes va donc entraîner une prolongation des cours à distance. Une situation qui devient intenable pour certains étudiants qui souffrent d’une solitude permanente. L’angoisse se fait de plus en plus ressentir pour Anais Helali, étudiante en première année à l’université d’Orléans. Elle a préféré se réfugier chez des amis plutôt que de rester vivre seule dans le logement de neuf mètres carré qu’elle loue pour 255 euros par mois. Le prix pour fuir la solitude.