Coronavirus : des détenus "n'osent plus manger la nourriture" car il y a "potentiellement des risques" de contamination

franceinfo

"Certains détenus nous disent qu'ils n'osent plus manger la nourriture qui est livrée puisque c'est potentiellement des risques supplémentaires" de contamination, regrette François Bès, le coordinateur du pôle enquête de la section françaises de l'Observatoire internationale des prisons (OIP) jeudi 26 mars sur franceinfo, alors que 15 détenus ont été testés positifs au Covid-19 et que l'inquiétude monte dans les prisons, comme en atteste la plainte de 31 détenus du Sud de la France contre le gouvernement pour "non-assistance à personne en danger".

>> Suivez les dernières infos sur le coronavirus dans notre direct

franceinfo : Partagez-vous l'inquiétude des détenus qui ont déposé plainte ?

François Bès : Oui tout à fait. Je pense que le plus gros problème est la situation de surpopulation qui existe à l'heure actuelle dans toutes les maisons d'arrêt et qui crée potentiellement des risques extrêmement forts au regard de la promiscuité qui est imposée aux détenus. (…) Il y a de très vieux établissements qui existent en région et même en Île-de-France, et dans ces endroits-là vous avez encore à l'heure actuelle des cellules qui sont des dortoirs multiples avec 6-8 personnes, donc le risque est encore plus grand. (…) Après l'inquiétude qui remonte, on reçoit des dizaines d'appels tous les jours de personnes détenues et de familles, c'est véritablement d'une (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi