Le coronavirus démasqué par l’étymologie

*

Les coronavirus ne datent pas d’hier. Ils ont été identifiés dans les années 1960, et immédiatement nommés par des biologistes qui avaient fait du latin — ils étaient comme ça, les savants de ces années-là — en accolant deux noms latins, corona qui signifie « couronne », et virus (autrement dit, en français classique, contage — d’où contagion), « suc, jus, humeur, venin, poison ». Deux mots latins composant un néologisme de bon aloi — pas comme ces « hypermarchés » qui mélangent allègrement racines grecques et latines. L’horreur !

Pourquoi « couronne » ? Ce que les scientifiques ont vu dans leurs microscopes ressemblait à un soleil devant lequel s’interposerait une lune noire (pas un hasard, comme nous allons le voir), un cercle d’où s’échappent, en couronne, des flammèches.

Dis-moi avec qui tu couches...

Mais nombre de mots latins ont été empruntés au grec. Corona, par exemple, vient du grec κορώνη, qui désignait toutes sortes de choses courbes, de la poignée de porte à la poupe d’un bateau en passant par l’apophyse (l’extrémité ronde de l’os sur laquelle s’accrochent les tendons) et l’extrémité courbe d’un arc — là où vous faites passer la corde lorsque vous êtes Ulysse. C’était aussi un oiseau de mer — le puffin, peut-être, vaste famille —, et aussi le corbeau (et la corneille, comme Pierre), dont le bec est courbe.

Lire la suite