Coronavirus : le cuisinier Christophe Leroy nie avoir tenu un restaurant clandestin

·1 min de lecture

Après des jours de vive polémique, Christophe Leroy sort du silence. Soupçonné d'avoir organisé à Paris avec le collectionneur Pierre-Jean Chalençon des repas luxueux clandestins notamment au Palais Vivienne, le cuisinier s'est exprimé sur BFM-TV, et assuré n'avoir jamais tenu de restaurant clandestin, mais un "club privé" légal dans son appartement. 

>> EN DIRECT -Coronavirus : suivez l'évolution de la situation dimanche 11 avril

Vendredi, les deux hommes avaient été placés en garde à vue et entendus plusieurs heures par la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP) en charge de l'enquête. Leurs gardes à vue avaient finalement été levées en fin de journée. Revenant sur cet épisode, Christophe Leroy assure avoir certifié aux policiers n'avoir "jamais servi de membres du gouvernement depuis les mois passés". "Il n'y a eu aucun membre du gouvernement, pas plus des ministres que des secrétaires d'Etat", a-t-il encore dit. 

Un "club privé" dans lequel il n'y avait "rien d'illégal"

Revenant sur les repas au coeur de l'affaire, Christophe Leroy assure n'avoir jamais tenu de restaurant clandestin. Selon lui, le lieu dans lequel il recevait du monde n'était pas un restaurant, mais un "club privé" installé dans son appartement : le "Leroy's Business club". Il n'y a "rien d'illégal", martèle-t-il. "Juridiquement, ce n'est pas un restaurant". 

"J'ai trouvé une formule où je reçois chez moi, je présente des gens, c'est un showroom, un espace de co-working,&nb...


Lire la suite sur Europe1