Coronavirus : la crise engendre du surendettement via les crédits à la consommation

C’est un effet inattendu et inquiétant de la pandémie de coronavirus : le niveau record d’endettement des ménages français. Ils sont plus que jamais incités à souscrire des crédits à la consommation. En juin, au lendemain du premier confinement, trois milliards d’euros de prêts avaient été distribués, un record depuis la crise de 2012. À l’approche des fêtes de fin d’année, les publicités ont fleuri à nouveau pour inciter les familles à s’endetter. 12 milliards d’euros non remboursés Particulièrement ciblées par l’UFC Que choisir, les banques Société Générale et BNP Paribas. Leurs critères d’attribution de ces crédits ne seraient pas assez stricts. Résultats : 5,6% et 7,1% de taux de défaut de paiement observé ces derniers mois, des taux deux à trois supérieurs à la moyenne française. Les deux banques contestent formellement ces chiffres. Alors que 900 000 Français pourraient perdre leur emploi dans les prochains mois, les emprunts non remboursés pourraient dépasser les 12 milliards d’euros en 2021.