Coronavirus : Courir ou pédaler, c'est bon pour l’immunité... à condition de respecter les distances de sécurité

Ludovic Pauchant

Courir, pédaler, solitaire solidaire ou confiné et engourdi ? Le gouvernement français préconise, à l’heure du confinement et du coronavirus Covid-19, aux coureurs et cyclistes de pratiquer leur activité sportive en gardant une distance minimum d’un à deux mètres entre les sportifs pour éviter d’être contaminé. Ces derniers la respectent, bon gré, mal gré. Certains hésitent.

>> Coronavirus : suivez en direct toutes les informations liées à la pandémie de Covid-19

Vendredi 10 avril, une étude réalisée par Ansys, un éditeur de logiciels spécialisé en simulation numérique, préconise, bien au-delà des recommendations gouvernementales, d’espacer encore plus l’écart entre les courageux du genre. Cette équipe d’ingénieurs belges et néerlandais en aérodynamique s’est en effet penchée sur la propagation des postillons, éternuements, toux, et autres gouttelettes produites par les coureurs et cyclistes, un flux potentiellement contaminant qui, selon eux, se disperserait derrière le sportif sur plusieurs mètres.

Ils recommandent ainsi aux coureurs de pratiquer leur sport habituel l’un derrière l’autre, en respectant une distance d’au moins trois mètres. Et, idéalement, qu’ils ne courent pas sur la même ligne. Les cyclistes devraient; eux; respecter une distance de sécurité d’au moins dix mètres.


Un écart parfois difficile à respecter dans des métropoles comme Paris ou d'autres grandes villes (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi