Coronavirus: Pourquoi la courbe des hospitalisations est surveillée de près par le gouvernement

Grégory Rozières
Coronavirus: Pourquoi la courbe des hospitalisations est surveillée de près par le gouvernement

SCIENCE - La vague arrive et la France entière s’y prépare. Cette semaine, au vu de l’évolution logique de l’épidémie de Covid-19, le nombre de personnes contaminées par le nouveau coronavirus Sars-Cov2 devrait continuer d’exploser.

L’une des grandes questions sera donc de savoir si le système hospitalier français tiendra le choc. C’est pour cela que Jérôme Salomon, directeur général de la Santé, a déclaré lundi 30 mars que l’évolution de la courbe des hospitalisations est celle “que nous allons analyser”. Plus que celles du nombre de cas ou de morts. Car les hospitalisations “reflètent la cinétique de l’épidémie et son impact le plus préoccupant sur notre système de santé”, a-t-il expliqué. 

Ce mardi 31 mars, la France a enregistré 7578 nouveaux cas confirmés de Covid-19 par dépistage et 499 nouveaux morts. 22.757 personnes sont hospitalisées, et 458 ont été admises en réanimation au cours des dernières 24 heures, a précisé Jérôme Salomon. “C’est ce nombre quotidien qui est le plus important à surveiller”, a-t-il rappelé.

Mais que dit justement la courbe de l’évolution des hospitalisations? Le HuffPost a mis les chiffres du gouvernement en graphiques pour essayer d’y voir plus clair. Nous avons également analysé les données hospitalières dans d’autres pays touchés, tels que l’Italie, l’Espagne et les États-Unis. Ci-dessous, l’évolution en France du nombre total quotidien de personnes hospitalisées et des patients en réanimation (soins intensifs). Chaque graphique est sur une échelle différente.

Ce que l’on voit, c’est que les deux courbes augmentent régulièrement tous les jours, de plus en plus vite. Ce que l’on souhaite, évidemment, c’est que la courbe s’aplatisse, puis commence à diminuer. Normalement, les mesures prises par le gouvernement, dont le confinement, devraient permettre d’endiguer la progression de l’épidémie.

Mais cela prend du temps. “Il faut prendre en compte la période d’incubation et le délai après l’apparition de symptômes avant que le patient se...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post