Coronavirus: le confinement fait craindre une augmentation des violences conjugales

En Chine, les violences conjugales ont connu une forte augmentation pendant la période de confinement. Une situation qui pourrait se produire en France également.

Pour les femmes victimes de violences conjugales, le confinement a des allures de drame. Enfermées avec un homme violent, privées des moments de répit qu'elles pouvaient avoir au cours de la journée, la situation est dramatique pour elles.

Le secrétariat d'Etat à l'Egalité et les associations féministes craignent d'ailleurs une augmentation significative des violences domestiques pendant cette période. "Le confinement peut générer un terreau propice aux violences intra-familiales", écrit Marlène Schiappa sur Twitter. 

"En tant normal, la femme victime a des pauses dans la journée en allant au travail ou faire ses courses, ce sont des moments de respiration qu'elles ne sont plus en mesure d'avoir et on sait aujourd'hui que le confinement augmente drastiquement les cas de violences conjugales", explique Chloé Madesta, du groupe de colleuses parisiennes, ces femmes qui recouvrent les murs de messages féministes. 

Les cas de violences conjugales ont doublé en Chine

En Chine, où les habitants ont été placés en confinement total pendant plusieurs semaines, les cas de violences conjugales ont augmenté drastiquement. Wan Fei est un ancien officier de police, qui a fondé sa propre association pour lutter contre les violences domestiques dans la province du Hubei. Il a affirmé au magazine indépendant Sixth Tone que les cas de violences conjugales avaient quasiment doublé depuis que les villes de la province de Hubei, l’épicentre de l’épidémie...

Lire la suite sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :