Coronavirus: la surveillance des plages rouvertes s'annonce encore plus compliquée

Vincent Gibert
Des sauveteurs sur la plage de Terre Sacrée à Ajaccio, le 18 juillet 2017.

PLAGES - Pour la première fois depuis près de deux mois, des centaines de plages ont commencé à rouvrir la semaine dernière en France avec le déconfinement.Que ce soit sur le pourtour méditerranéen, le littoral atlantique ou le long des côtes de la Manche, l’accès aux plages se fait pour le moment quasi-uniquement de manière “dynamique”, avec une présence sportive dans l’eau ou non statique sur le sable.

Résultat: ce week-end, de nombreux Français sont allés sur les plages, un retour favorisé aussi par un temps ensoleillé et des températures clémentes partout dans le pays.

Mais qu’en est-il de leur surveillance actuelle par les sauveteurs? Et que peut-on attendre de leur sécurité cet été avec la crise sanitaire actuelle?

″À cette époque de l’année, il y a des plages qui sont surveillées, d’autres qui ne le sont pas et d’autres qui fonctionnent en sous-effectifs”, résume pour Le HuffPost Jean-Michel Lapoux, secrétaire général de la Fédération des Maîtres Nageurs Sauveteurs (FMNS). “Au mois de mai, les plages sont souvent surveillées le week-end par des sauveteurs aquatiques”, précise-t-il.

C’est ainsi le cas à Antibes (Alpes-Maritimes), du 15 mai au 15 juin, avant une surveillance quotidienne jusqu’au 15 septembre. Une vingtaine de kilomètres plus loin, à Nice, la période de surveillance des plages ne débute que le 15 juin et se termine le 9 septembre.

Malgré tout, de nombreuses plages ne sont même pas surveillées du tout en plein été. C’est le cas à Arcachon en Gironde où “seule la plage principale est surveillée, mais pas les deux autres sur ses côtés”, note Jean-Michel Lapoux. “Ce sont donc des milliers de gens qui se baignent chaque année sans surveillance.”

“Au Cap Ferret (Gironde) l’été, on a 5000 à 6000 baigneurs pour 6 à 7 sauveteurs”, explique-t-il encore, pour donner une idée de la surveillance effectuée sur certaines plages du pays.

5000 maîtres-nageurs en moins

Avec l’épidémie de coronavirus, la donne devrait aussi changer pour cet été, étant donné que...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post