Coronavirus : comment un arrêt brutal de la distanciation sociale peut causer une résurgence des cas

Coronavirus : comment un arrêt brutal de la distanciation sociale peut causer une résurgence des cas

Selon des chercheurs canadiens, un arrêt trop brutal des mesures de distanciation sociale pourrait provoquer un engorgement rapide des hôpitaux.

L’arrêt des mesures de distanciation sociale mises en place pour lutter contre l’épidémie de coronavirus pourrait avoir des conséquences désastreuses. La professeure de médecine des populations Amy Greer à l'université de Guelph (Canada) et des chercheurs de l'université de Toronto (Canada) ont établi un modèle mathématique capable de prédire l’efficacité des mesures de distanciation sociale. D’après leurs travaux, une levée totale des mesures de distanciation sociale réalisée sans tests de dépistage pourrait saturer les services hospitaliers au bout d’un mois.

Les conclusions de cette étude ont été publiées le 27 mai dernier dans les Annals of Internal Medicine, les analyses ont été réalisées à partir du nombre d'hospitalisations de personnes infectées au Covid-19 et présentes en unité de soins intensifs en Ontario entre le 19 mars et le 3 mai. Les chercheurs ont également pris en compte le taux de décès. “Ce document revient en arrière, utilise le même modèle, mais le met à jour en le calibrant avec les données observées en Ontario ainsi qu'avec les données sur ce que nous savons maintenant de la biologie de la maladie”, explique le Pr. Amy Greer. D’après l’équipe de scientifiques, si des mesures strictes de distanciation physiques n’avaient pas été mises en place dès la mi-mars en Ontario, la province aurait eu cinq fois plus de décès. Précisément, les décès parmi les patients hospitalisés sans mesure devraient s'établir à 12,7 décès pour 100 000, contre 2,5 décès pour 100 000 avec distanciation physique.

L’importance de la distance physique

Lorsque vous adaptez le modèle que nous avions aux données que nous avons observées, cela démontre que la distance physique a eu un impact. Nous avons évité un grand nombre de cas et avons pu protéger des infrastructures sanitaires limitées telles que des lits et des ventilateurs”, a précisé la chercheuse. Comme l’explique un communiqué de l’université, les chercheurs ont également conclu qu’il faudrait 35 jours aux hôpitaux pour être dépassés sans mesure de distance sociale.

L'augmentation des contacts à plus de 50% des niveaux d'avant la pandémie entraînerait une augmentation des hospitalisations et des décès dans les mois à venir, en supposant qu'aucune autre mesure n'est mise en œuvre pour contrôler la propagation du virus”, notent les chercheurs. Alors, pour le Pr Greer, la seule manière de réussir le déconfinement reste d’augmenter les tests Covid-19 et de tracer les patients infectés pour les inciter à s’isoler afin de limiter les contaminations.