Le coronavirus circulerait en Europe depuis mars 2019

Céline Deluzarche, Journaliste
1 / 2

Le coronavirus qui circule en Europe est plus infectieux in vitro

Des traces de coronavirus Sars-CoV-2 ont été identifiées dans des échantillons d’eaux usées à Barcelone datant du 12 mars 2019, soit neuf mois avant l’apparition officielle du virus en Chine, rapporte l’agence Reuters. Cette découverte, effectuée par les chercheurs de l’université de Barcelone, pose question quant à la véritable date d’émergence du virus mais aussi sur son origine : le Sars-CoV-2 serait-il finalement apparu en Europe avant la Chine ? Comment est-il passé inaperçu pendant si longtemps ? Selon Albert Bosch, qui a mené l’étude (encore non parue), de nombreux cas de coronavirus durant cet hiver auraient pu être faussement attribués à la grippe, retardant la prise en charge de l’épidémie.

Il convient néanmoins de rester très prudent sur cette étude, d’autant plus que le niveau de Sars-CoV-2 retrouvé dans l’échantillon est faible. « Il ne s’agit que d’un seul résultat, il faut donc attendre d'avoir plus de données et plus de prélèvements avant de pouvoir le confirmer et exclure définitivement une erreur du laboratoire ou un problème de méthodologie », met en garde le Dr Joan Ramon Villabi, de la Société espagnole de virologie.

Ce dernier évoque notamment des risques non négligeables de faux positif, en raison des similarités entre le génome du Sars-CoV-2 et celui d’autres virus respiratoires. En Italie, l'Institut supérieur de la santé (ISS) avait lui aussi détecté des traces de Covid-19 dans les eaux usées de Milan et Turin dès le mois de décembre 2019, soit deux mois avant le recensement du premier malade dans le pays.


> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura