Coronavirus et chloroquine : le Pr Froguel critique l'étude du Lancet

Coronavirus et chloroquine : le Pr Froguel critique l'étude du Lancet

Interrogé par France Bleu Hauts-de-France, le Pr Froguel attaque avec virulence l’étude publiée dans The Lancet.

Depuis le début de l’épidémie de coronavirus, le nom d’un scientifique a émergé : le Professeur Didier Raoult. Fervent défenseur de l’hydroxychloroquine, le directeur de l’IHU est convaincu de l’utilité de cette molécule comme traitement contre la Covid-19. Récemment, une étude parue dans The Lancet a conclu que ce médicament était inefficace, voir dangereux, pour les patients contaminés par le virus.

Au micro de LCI, le Pr Raoult a vivement critiqué l’analyse de ses confrères affirmant même qu’elle était “foireuse”. Précisément, il s’est interrogé : “Comment voulez-vous qu’une étude faite avec des big data change ce que nous avons dit ? […] La question est plutôt de savoir s’il existe une dérive des journaux de recherche médicale, ce que je crois […], dans lesquels la réalité tangible est tordue d’une telle manière qu’à la fin, ce qui est rapporté n’a plus rien à voir avec la réalité observable. Nous on parle de malades qui ont été vus par des gens de l’équipe, ici [à l’IHU de Marseille]. La question est de savoir quelle est la différence entre le travail réel et ceux qui n’ont pas vu de malades”.

Une méthode contestée

La communauté scientifique s’oppose autour de ce traitement. Interrogé par France Bleu Hauts-de-France, le Professeur Philippe Froguel, professeur au CHU de Lille et à l’Imperial College de Londres, a également réagi suite aux résultats parus dans la revue scientifique. S’il précise ne pas être pro-Raoult, il conteste la méthode de l’étude : “Les données sont trop bizarres, pas fiables. On ne sait même exactement d'où elles viennent, comment ils se les sont procurées. Du coup, les conclusions ne peuvent pas être fiables”. Il va encore plus loin en estimant que “ce papier est une merde en grande partie fabriquée par une firme inconnue qui voulait se faire de la pub”. Il accuse la revue d’être “le tabloïd de la presse médicale. Ils font le buzz avec des données fake. La science, ce n'est pas ça ! Et la presse française a repris sans réfléchir cet article. Nous n'avons plus de journalistes scientifiques”.

Dès la révélation de cette étude, le gouvernement a immédiatement réagi et a décidé d’abroger les dispositions dérogatoires autorisant la prescription de cette molécule contre la Covid-19 à l’hôpital en France. De son côté, l’Organisation mondiale de la Santé a annoncé la suspension des essais cliniques. Des décisions qui irritent le Pr Froguel comme il l’explique à France Bleu : “Ils ont réglé leurs comptes avec Raoult mais ils l'ont fait sans se rendre compte qu'ils utilisaient pour cela The Lancet, qui a quelque part ridiculisé la science française avec cet article. C'est un règlement de comptes politique pour arrêter la prescription désorganisée de choloroquine”.