Coronavirus: la chloroquine pourra finalement être prescrite par les médecins hospitaliers

Mascret, Damien
«L’hydroxychloroquine et l’association lopinavir/ritonavir peuvent être prescrits, dispensés et administrés sous la responsabilité d’un médecin aux patients atteints par le Covid-19», précise le décret publié par Olivier Véran. / GERARD JULIEN/AFP

Le ministre de la Santé Olivier Véran a publié ce jeudi un décret au Journal officiel.

Olivier Véran, le ministre de la Santé a tranché, la prescription de la chloroquine est donc possible à l’hôpital, si le médecin le juge utile, sans attendre les résultats des essais cliniques en cours. C’est ce qu’indique le décret publié jeudi au Journal officiel. Il précise que «l’hydroxychloroquine et l’association lopinavir/ritonavir peuvent être prescrits, dispensés et administrés sous la responsabilité d’un médecin aux patients atteints par le Covid-19, dans les établissements de santé qui les prennent en charge, ainsi que pour la poursuite de leur traitement si leur état le permet et sur autorisation du prescripteur initial, à domicile».

» LIRE AUSSI - Coronavirus: la chloroquine, de l’espoir et des doutes

Mais à quel moment de la maladie faudrait-il administrer la chloroquine? En début de traitement, ou quand la maladie devient grave? Le Pr Didier Raoult qui défend à l’Institut hospitalo-universitaire Méditerranée Infection un protocole basé sur cette molécule, a posé la question dans une vidéo publiée le 25 mars. «Sur le plan thérapeutique, explique-t-il, ce que l’on est en train de voir c’est que les malades au moment où ils ont une infection respiratoire, où ils entrent en réanimation, ils n’ont presque plus de virus et souvent on n’arrive même plus à le cultiver, c’est donc trop tard pour traiter le germe par des antiviraux.» Une façon polie de prédire l’échec du vaste essai européen Discovery qui va, entre autres, tester la chloroquine, puisque cet essai s’adresse à des patients gravement atteints. La méthode scientifique n’en est pas moins défendue par les plus hautes autorités scientifiques morales du pays.

» LIRE AUSSI - Les géants de la pharmacie prêts à produire de la chloroquine en grande quantité

Dans un communiqué commun publié le même jour intitulé «Primum non nocere» (Avant tout ne pas nuire), l’Académie de médecine, qui a constitué un groupe Covid, (...) Lire la suite sur Figaro.fr

Chloroquine: l’ultime espoir de l’usine de médicaments Famar 
Coronavirus: bilan, symptômes, traitements, restrictions... Toutes les réponses à vos questions sur l’épidémie de Covid-19 
La recherche ne se fait pas devant les micros des médias! 
Chloroquine: «Nous n’avons pas le temps d’attendre!» 
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro