Le coronavirus chinois réveille les stéréotypes racistes envers les Asiatiques

Marine Le Breton
coronavirus racisme

DISCRIMINATIONS - L’épidémie du coronavirus ne cesse de s’étendre avec une quinzaine de pays touchés et cent morts en Chine à l’heure où cet article est publié. Cette augmentation du nombre de personnes contaminées va de pair avec une autre hausse, celle des amalgames et “blagues” racistes envers les communautés asiatiques.

Lundi 27 janvier, le hashtag #JeNeSuisPasUnVirus a notamment été lancé sur les réseaux sociaux pour dénoncer le racisme anti-Asiatiques croissant depuis le début de l’épidémie. 

Relayé par la réalisatrice Amandine Gay, un message en particulier, posté sur Twitter, dénonce ce racisme. Il a été écrit de manière anonyme, la personne à l’origine de celui-ci craignant le harcèlement. 

Racisme décomplexé

“La crise sanitaire du coronavirus entraîne dans son sillage une libération de la parole raciste dans les médias et sur les réseaux sociaux”, écrit-elle dans ce texte déjà partagé plus de 1600 fois sur Twitter. “Beaucoup de personnes utilisent de manière indifférenciée ‘chinois” pour ‘asiatiques’, mettant de côté toutes les nationalités et diversités culturelles, ethniques, etc., qui composent ce continent. Faut-il rappeler que l’Asie est un continent et non un pays?”, s’interroge-t-elle.

Contactée par Le HuffPost, J. (elle souhaite préserver son anonymat) explique avoir écrit ce message dimanche 26 au soir afin de “sensibiliser sur la question du racisme décomplexé qui a lieu en ce moment”. Cette femme adoptée, d’origine coréenne, a partagé son message au sein de plusieurs groupes de communautés asiatiques. “Je pestais de voir tous les jours ces témoignages de violences, d’attitudes racistes”,...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post