Coronavirus : "C'est une sorte de nouvelle grande dépression qui commence", estime Arnaud Montebourg

Existe-t-il un risque de remise en cause des libertés publiques lié à la loi de "sécurité globale" ? Des rassemblements ont eu lieu en France, dans la nuit de mardi à mercredi 18 novembre. "Dans la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789, il y a le droit pour tout citoyen de demander des comptes à tout agent public de son administration. C'est un principe fondamental. Il est normal que les policiers, qui doivent mesurer l'exercice de la violence dite légitime, quand ils font oeuvre de répression ils ne doivent pas aller trop loin, mais en même temps il faut trouver le point d'équilibre. C'est la raison pour laquelle il y a eu une sorte de mouvement d'opinion publique qui a dit : 'c'est allé trop loin'". Il y a eu des excès de part et d'autre. C'était très difficile pour les policiers et c'était aussi très dur pour tous ceux qui ont été blessés. Il y a eu des milliers de blessés pendant le mouvement des 'gilets jaunes'", explique Arnaud Montebourg, ancien ministre de l'Économie invité des "4 Vérités" de France 2, mercredi 18 novembre. "Remettre en cause ce point d'équilibre est un problème. Je pense que ces propositions ne sont pas du tout constitutionnelles", ajoute l'auteur de L'engagement (Grasset). "La pauvreté se répand à une vitesse incroyable" Les restaurateurs, les patrons de théâtre, les salles de sports, les cafetiers sont sans perspectives d'ouverture. Le gouvernement devrait proposer une nouvelle salve d'aides. "C'est très difficile pour l'État de distribuer des aides à des centaines de milliers de commerçants donc le temps que cela arrive, tout le monde sera déjà mort", estime Arnaud Montebourg. "Nous ne sommes pas dans une crise économique. C'est une sorte de nouvelle grande dépression qui commence. Parce que vous avez toutes les personnes qui étaient intérimaires, en CDD qui ont perdu leur emploi. On voit les files d'attente lors des distributions de soupe populaire qui s'allongent. Vous avez aujourd'hui une pauvreté qui se répand à une vitesse incroyable. [...] La France est une cocotte-minute", juge Arnaud Montebourg. Dans son livre, L'engagement, Arnaud Montebourg critique la bureaucratie. "Elle est très forte. Vous avez une sorte de cercle invisible et invincible presque, de la haute technocratie qui dirige ce pays. Et qui est une forme d'arrogance par rapport à la société", conclut Arnaud Montebourg.