Coronavirus: ce que dit la courbe du nombre de cas en France, Italie et Espagne

Grégory Rozières
Coronavirus: ce que dit la courbe du nombre de cas en France, Italie et Espagne

SCIENCE - Les mesures drastiques, notamment le confinement, prises contre le coronavirus Sars-Cov2 en Europe commencent-elles à montrer leur efficacité? Il est bien trop tôt pour être définitif, mais le décompte quotidien du nombre de cas et de morts peut permettre d’y voir un peu plus clair, si l’on prend un peu de recul.

Ce lundi 30 mars, la France a recensé 4376 nouveaux cas confirmés de Covid-19, portant le total à 44.550, et 418 nouveaux décès, portant le nombre officiel de morts depuis le début de l’épidémie à 3024. Un bilan qu’il convient d’analyser dans son contexte. Et l’une des manières de le faire est de comparer les courbes du nombre de cas et de morts avec nos voisins, l’Italie et l’Espagne.

Dans les graphiques ci-dessous, nous avons mis en perspective les bilans quotidiens en France avec ces deux pays durement touchés. Évidemment, ces chiffres sont à prendre avec des pincettes. Les cas officiels sont logiquement limités, car les tests ne sont pas automatiques (ils sont réservés aux personnes à risque), une politique qui peut différer d’un pays à l’autre. Mais c’est l’évolution qu’il faut regarder.

Pour mieux voir l’évolution de la courbe épidémique, exponentielle, nous avons choisi de mettre ces trois pays sur un pied d’égalité. Pour les cas confirmés, en commençant à compter du jour où la barre des 100 personnes infectées a été dépassée. Le 23 février pour l’Italie, le 29 février pour la France et le 2 mars pour l’Espagne. Pour le nombre de morts, le schéma est similaire, mais en commençant le graphique à partir du cap de 10 décès. Le 26 février en Italie, le 8 mars en France et le 10 mars en Espagne.

Ce qui est clair, c’est que l’épidémie explose dans les trois pays. Mais ce qui est le plus intéressant ici, c’est la petite inclinaison que l’on peut voit pour l’Italie, où la courbe est de plus en plus droite. Ce que l’on souhaite, c’est qu’elle s’aplatisse entièrement, ce qui voudrait dire qu’il n’y aura presque plus de nouveaux cas.

Pour le voir plus...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post