Coronavirus: Bryan Adams accusé de racisme anti-Chinois

AFP
Bryan Adams

MUSIQUE - ” Irresponsable et tellement raciste”. Le rockeur canadien Bryan Adams s’est attiré un flot de critiques et a été accusé de racisme ce mardi 12 mai après des déclarations sur l’origine chinoise de la pandémie de coronavirus, qui a entraîné l’annulation de ses concerts.

L’artiste a dénoncé dans des messages postés sur Instagram et Twitter, l’annulation de ses concerts à venir au Royal Albert Hall de Londres: “merci à des p... de mangeurs de chauve-souris et vendeurs dans des marchés d’animaux qui créent le virus, cupides bâtards”.

“Le monde entier est sur pause, sans oublier les milliers (de personnes) qui ont souffert ou sont morts du virus”, poursuit-il. “Mon message pour eux”, a-t-il ajouté, est “devenez végans”.

Bryan Adams a depuis supprimé son message sur Twitter, même s’il reste visible sur Instagram. Face au tollé provoqué, le chanteur a ensuite présenté ses excuses à “tous ceux qui ont été offensés”.

“Je voulais juste pousser un coup de gueule sur l’horrible cruauté animale dans ces marchés, qui sont l’une des sources possibles du virus, et promouvoir le véganisme”, a-t-il expliqué sur Instagram. “J’ai de l’amour pour tout le monde”, a assuré l’artiste.

“Il alimente les flammes du racisme anti-chinois”

“C’est tellement irresponsable et tellement raciste”, a déploré auprès de l’AFP Amy Go, responsable du Conseil national sino-canadien.

“C’est une star canadienne et il alimente les flammes du racisme anti-chinois, en contribuant à la hausse des railleries haineuses et des attaques flagrantes (physiques) contre les personnes chinoises et asiatiques au Canada et partout dans le monde”, a-t-elle ajouté.

La responsable a évoqué plusieurs exemples de faits divers récents, comme celui d’un homme de 92 ans poussé vers la sortie d’un magasin à Vancouver parce qu’il était d’origine chinoise.

Une Canadienne d’origine chinoise a aussi reçu un coup de poing au visage alors qu’elle attendait son bus en centre-ville, à Vancouver également.

La ville chinoise de Wuhan...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post