Coronavirus: Bolsonaro fait presque aussi fort que Trump en ne respectant aucune consigne

·2 min de lecture
Jair Bolsonaro, ici à Brasilia lors d'un rassemblement de ses supporters, le 15 mars 2020.
Jair Bolsonaro, ici à Brasilia lors d'un rassemblement de ses supporters, le 15 mars 2020.

BRÉSIL - Visiblement, Jair Boslonaro ne craint pas vraiment le coronavirus, qui a déjà contaminé plus de 168.000 personnes dans le monde et fait plus de 6500 morts.

Alors que des rassemblements de soutien au président brésilien étaient organisés dimanche 15 mars dans plusieurs villes du pays, il est apparu à celui de Brasilia, serrant des mains et prenant des selfies avec la foule à l’extérieur du palais présidentiel, comme on peut le voir sur les images ci-dessous. Dans le même style, Donald Trump n’avait pas hésité à serrer des mains lors d’une conférence de presse organisé à la Maison Blanche vendredi.

“Ce que vous faites n’a pas de prix”, a-t-il déclaré aux manifestants, selon le site d’information UOL, alors qu’il a abandonné le masque de protection qu’il portait encore il y a quelques jours.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Le ministère de la santé avait pourtant recommandé au président brésilien de rester à l’isolement durant deux semaines après avoir été exposé au coronavirus lors de son récent déplacement aux États-Unis. Plusieurs membres de sa délégation ont été testés positifs au virus depuis, dont des agents de sécurité.

Jair Bolsonaro a annoncé vendredi avoir été testé négatif, mais selon le protocole du ministère de la Santé brésilien, deux autres tests sont nécessaires pour confirmer le résultat, selon un porte-parole de l’institution.

“Hystérie” et “névrose”

Dans une interview accordée à CNN Brasil, il a qualifié les soins et les directives pour empêcher la propagation du coronavirus d’“hystérie” et de “névrose”, et a déclaré qu’il y avait, derrière eux, “un intérêt économique”.

“Nous ne pouvons pas entrer dans une névrose, comme si c’était la fin du monde”, a-t-il notamment déclaré.

Le Brésil, un immense pays de 210...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post