Coronavirus: déjà accessibles en Autriche, les autotests bientôt disponibles en France

·3 min de lecture

La Haute autorité de santé l'a annoncé mardi 16 mars 2021 : les premiers kits de dépistage devraient être disponibles dans les prochains jours dans les pharmacies en France. Ces tests rapides à faire soi-même sont déjà disponibles dans plusieurs pays dont l’Autriche, où les habitants peuvent en obtenir gratuitement depuis le 1er mars dernier.

Se tester soi-même est assez facile : le prélèvement nasal est moins désagréable, car moins profond que celui nécessaire pour un test PCR. On peut donc le faire chez soi et régulièrement. Il faut s'enfoncer l'écouvillon dans le nez sur 3 à 4 centimètres. On trempe ensuite cet écouvillon dans un tube qui contient un réactif. Réponse en 20 à 30 minutes et les résultats sont fiables à 70% environ, selon une étude allemande.

La Haute autorité de santé a pour l'instant limité l'usage de ces autotests aux personnes âgées de plus de 15 ans. Et tout résultat positif devra être confirmé par un test PCR, qui permet également de savoir par quel variant on a été contaminé et qui permet aussi à l'Assurance maladie de répertorier les cas et de tracer les contacts.

De nombreux pays comme l'Allemagne, l'Autriche et les Pays-Bas notamment autorisent déjà l'usage des autotests. En Suisse, le gouvernement envisage même d'offrir à chaque personne cinq autotests par mois afin d'accompagner le redémarrage de la vie économique et sociale, à condition toutefois qu'ils fassent preuve de leur efficacité.

En Autriche, un test négatif pour pouvoir aller chez le coiffeur

Chaque Autrichien a déjà droit à cinq autotests gratuits par mois, disponibles en pharmacie, raconte la correspondante de RFI à Vienne, Isaure Hiace. Alfons Flatscher est allé chercher les siens dès les premiers jours du mois de mars. « J’en ai déjà fait et ça fonctionne très bien, se réjouit-il. C’est utile quand on veut voir des amis : je me teste avant et les retrouve ensuite en ayant bonne conscience, car je ne veux pas infecter quelqu'un »

Sabine Patak a, elle aussi, été rapidement chercher ses cinq tests, même si elle pense qu’ils ne sont pas fiables à 100%. Selon elle, « ils n’offrent pas une sécurité totale. Mais si dans un foyer, trois personnes font ce test et ont la confirmation qu'ils sont négatifs, alors on peut quand même supposer que c'est le cas. C'est mieux que rien, je pense ! »

En Autriche, il faut présenter un test négatif pour de nombreuses activités, comme se rendre chez le coiffeur. Mais ces autotests ne sont pas reconnus et n’y donnent donc pas accès, ce que regrette Werner Hofmann, pour qui « il faudrait qu'une instance objective certifie ces autotests. On pourrait par exemple se filmer en les faisant puis envoyer la vidéo pour qu’ils nous donnent ensuite accès à certaines choses. Car nous avons besoin de solutions pour pouvoir redémarrer l'économie. » Devant le succès de ces autotests, de nombreuses pharmacies attendent d’être réapprovisionnées, cela devrait bientôt être le cas, a promis l’ordre des pharmaciens.

► À lire aussi : France: première campagne de dépistage du Covid-19 avec des tests antigéniques